Textes #2 : La forêt






Une lueur de vie animait Glastonburry ce soir là, les habitants souriaient, les enfants étaient de sortie, les boutiques étaient ouvertes alors que le soleil commençait  à se coucher, des petits lampions apparaissaient au fenêtres et des bougies étaient parsemés dans la ville. Les mômes jouaient a la sorcière. Le vendeur de primeurs entonnait des cantiques dont les héros avaient été remplaçés par ses carottes, dans la boutique hippie, Anya et Georges, les patrons, dansaient à la voix de Janis Joplin. Les vieilles sur le banc regardaient avec insistance les enfants, comme s'ils étaient de jolies pâtes de fruits. En cette occasion très spécialement, même la forêt qui entourait la ville avait revêtu ses plus belles couleurs et respirait le bon accueil.
C'était Halloween, et dans un village si proche de Stonehenge, qui avait souvent été lieu de vie des druides et de la sorcellerie, ce n'était pas une simple fête , mais un véritable fête au superlatif. Tout gosse arborait un maquillage de fantôme, de sorcière, de zombie ou même de clown. Tout adulte avait réservé plus d'un kilo de bonbons et autres friandises.
Il faisait chaud à Glastonburry, et Nadja Jones, petite fille de 9 ans qui avait peur de tout n'en pouvait plus d'accompagner son petit frère partout et de supporter qu'on lui pince les joues parce que "c'est une jolie petite fée" à tous les pâtés de maison. Noé, son petit frère lui, déguisé en pirate, ne fait que rire et manger bonbon sur bonbon depuis qu'ils étaient partis.

"Allez Noé! viens, on rentre!
-Non attends, jveux faire les maisons du sentier.

Nadja eu la chair de poule, les maisons du sentier étaient 4 maisons jumelles disposées équitablement de chaque côté d'une vieille route de terre, laquelle  marquait une saillie dans le début de la forêt. Maman leur avait toujours interdit de venir par là, dit que les personnes y habitant n'étaient pas fréquentable, qu'ils mangeait les petits enfants pas sages.
Plus que redouté, ce chemin était connu non seulement pour les alcooliques notoires qui faisaient la fête jour et nuit autour de braseros a cet endroit, mais surtout pour ces bois, ces bois où il était si dangereux de se perdre, ne serait-ce même que d'y rentrer. et puis, la nuit d'Halloween, surement pas.

- Non, maman ne voudra pas
- Froussarde, froussarde, froussarde, se mit a entonner son petit frère
- Je ne suis pas une froussarde! On y va, mais si tu as peur, tu te débrouille.

Ils avancèrent donc sur le sentier, marchant prudemment, plus ils s'engouffraient dans celui là, puis les bruits de la ville se faisaient lointain bientôt, ils se retournèrent, et ne virent plus rien derrière eux que la nuit noir.Se retournant, ils ne virent dans la pénombre que 4 petites maisons relativement effrayantes par leur simplicité. Ornée de clous rouillés et de planches pourries. Le coeur de Nadja battait a tout rompre. "Et si maman avait raison, que les gens ici mangeaient les enfants".
En fait, elle en doutait, il était fort probable que personne n'ai habité ici depuis très longtemps, voir bien avant leur naissance. Alors, pourquoi maman ne l'avait elle pas dit... C'est au moment ou elle se rendit compte de cela qu'un fracas se fit entendre au plus profond des bois. Les branches craquèrent , comme poussées par une bête sauvage. Noé hurla, courut et laissa Nadja seule derrière lui. Un rugissement résonna dans toute la forêt, les craquements se rapprochaient de plus en plus.  Nadja regardait dans tous les sens, tournait sur elle même pour comprendre cette profonde agitation. quand soudain, son cerveau fit le lien. Il n'y avait pas de vent, pourquoi craquaient ils ainsi? elle comprit enfin ce qu'il se passait: c'était simple: Le rugissement ne venait pas d'une quelconque bête sauvage, d'un ours ou d'un loup mais bel et bien d'elle, sombre, opressante, terrifiante : la forêt.  Elle était vivante. 

Cette découverte l'horrifia, elle se mit a courir dans la même direction que son frère, s'accrochant aux branches,déchirant son déguisement de fée en tulle et arriva vers l'entrée de la forêt, Son coeur battait si fort qu'elle crut qu'il allait lui déchirait la poitrine, elle s'arrêta, n'entendit plus un bruit du tréfond des bois, le silence, a nouveau, et les rires s'échappant du village. Elle hurla le nom de son frère a pleins poumons, à s'étrangler. Il s'était évaporé, ou juste était il rentré chez sa mère. Elle commençait juste a se calmer lorsqu'une goutte rouge lui tomba sur le nez. elle l'essuya, regarda ses doigts et constata a la vue du liquide pourpre qu'il ne pouvait s'agir que de sang. Effrayée, elle leva les yeux progressivement, comme si elle s'attendait a ce qu'elle allait voir, en constatant l'horrible spectacle qui se déroulait au dessus d'elle, son visage se tordit de peur et de douleur. Au plus haut d'un arbre, son petit frère, celui qu'elle fachait sans cesse, qui ne faisait que des bêtises mais qu'elle aimait par dessus tout gisait, la main bloquée en l'air comme s'il levait un doigt accusateur vers le monde un peu trop cruel dans lequel il était né, la tête cassée, penchée en avant comme si elle ne tenait que par la peau et quelques tendons, transperçé de milles branches, son sang se mêlant a la sève, comme 'il nourissait la forêt. Elle se laissa tomber a terre, violemment, s'écorchant les genoux. et pleura, a gros sanglot. Ce fut d'ailleurs la dernière chose qu'elle put faire avant que les bois ne l'avalent a son tour dans un craquement sonore.

" Debout ma chérie, c'est le grand jour"

Nadja ouvrit les yeux, elle était dans sa chambre, les couleurs pastels l'éblouissant aprés un rêve si sombre, tous ses jouets étaient en place, elle allait bien, elle entendait même gazouiller Noé a l'étage inférieur.
Elle sourit et descendit à la cuisine prendre son déjeuner, où était pendu un costume de fée tout neuf.

" Prête pour Halloween mon bébé?
- Ouais m'man.
- N'oubliez pas! vous allez où vous voulez mais je refuse que vous approchiez de chez les croquemitaines au sentier, ils font vraiment peur et vous feraient du mal.
-Oui, mais nous on est forts, dit Noé.
la mère de Nadja rit.
Nadja, tourna la tête pour scruter la forêt, qui était tout juste accolée à leur jardin, son bol tomba a terre, Elle avait tourné la tête vers le jardin, vers la forêt, celle-ci plus menaçante que jamais,  s'étaient rapprochée de 5 bons mètres. Nadja en était sûre, sa balançoire était comme gobée par les bois et en haut d'un sapin, dont le tronc faisait comme une grimace, tout en haut, elle n'aperçut pas une étoile comme dans les contes, non, elle pouvait voir un petit morceau de tulle déchiré, le même tulle que sa robe de fée.


"La forêt viendra a toi"

7 commentaires:

  1. Franchement, tu n'as pas ton pareil pour écrire des histoires "horrifiques". J'adore sincèrement ! Le début de ce petit conte est incroyable, tes descriptions sont tellement prenantes qu'on ressent l'atmosphère de ce petit village comme si on y était et qu'on s'apprêtait à fêter Halloween avec les personnages. Et la chute, toujours aussi noire et inattendue... Bref tu l'auras compris je pense : j'aime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MERCIIIIIIIII!!!! :) je suis vraiment flattée!

      Supprimer
  2. Juste pour te dire : je vais faire pipi, je reviens, je mets "Sweet Dreams" par Emily Browning dans Sucker Punch et là je serai dans la meilleure des conditions pour lire ton texte!!

    * Brave le froid pour courir aux toilettes *

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai finii !!
      J'ai aimé, car je suis quelqu'un qui considère que l'ambiance est toute aussi importante que les faits pour instaurer un climat de terreur. Ca me fait un peu penser à Stephen King et ses villages oppressants, parfaitement retranscrit dans Alan Wake : ce sentiment terrible que le danger est omniprésent et que nous y sommes déjà faits prisonniers. C'est surtout ça qui me plaît dans ton texte ! (Et la description un peu trash avant le réveil aussi!) Et jsuis bien placée pour savoir combien c'est dur de planter une ambiance en si peu de mots ;)
      Bref, pas de bref ! Je crois que j'ai tout dit ! Alors on continue!!

      Supprimer
    2. Merci a toi! stephen king est mon idole, mais j'essaie au maximum de ne pas trop m'en inspirer, ce sont des histoires que je developpe en général lorsque je marche dans ma campagne natale, dans les forêts sombres et humides de corrèze. :)

      Supprimer
  3. Bah j'aimerais pas me promener seule la nuit dans la forêt de ton enfance ;)

    J'espère que t'as pas pris de travers la réf à M.King, car je voulais juste souligner que t'as le truc pour créer des ambiances angoissantes. Et j'adore ça, j'avais commencé à écrire un truc à huis-clos, j'aime bien flipper tant que ça n'est pas trop gore! ^^

    RépondreSupprimer
  4. Hey, devines quoi ? :) Je pense que ton blog me plait aussi !
    Aller hop, dans ma liste !

    RépondreSupprimer